En Wallonie, en matière d’épuration des eaux usées, deux situations prévalent :

  • soit les eaux usées sont collectées par des égouts puis des collecteurs pour les épurer dans une station d'épuration financée et exploitée par les pouvoirs publics : c’est le régime d’épuration collective
  • soit les eaux usées sont traitées par celui qui les produit : c’est le régime d’assainissement autonome.

Les régimes d'assainissement

Ces régimes d’assainissement sont cartographiés dans les plans d’assainissement par sous-bassin hydrographiques (PASH) qui sont consultables auprès de la commune, de l’AIDE ou sur le site Internet de la SPGE (www.spge.be). Les PASH mentionnent également des zones d’assainissement transitoire où le régime d’assainissement définitif doit être déterminé par une étude spécifique établie par l’AIDE (en Province de Liège). Ces zones sont peu nombreuses et sont appelées progressivement à se voir affecter le régime d’assainissement le plus approprié : collectif ou autonome.

Aux différents régimes d’assainissement sont associées des droits et des obligations qui sont précisées dans le Code de l’Eau.

Les eaux usées industrielles sont un cas particulier. Les conditions de rejet de ces eaux usées sont fixées dans le permis d’environnement de l’entreprise. Lorsque ces rejets se réalisent dans le réseau d’égouttage, l’AIDE remet un avis sur l’opportunité de reprendre et de traiter ces eaux dans ses installations. Certaines eaux industrielles sont incompatibles avec les réseaux de collecte ou les stations d’épuration collectives et, dès lors, doivent soit être rejetées dans une eau de surface soit être prétraitées pour être admises dans les égouts. Quelque soit l’exutoire retenu pour ces eaux, les conditions de rejet sont fixées dans le permis d’environnement. A tout le moins, ne peuvent être rejetées dans les égouts : les eaux de refroidissement, les eaux contenant des substances ou déchets pouvant nuire aux ouvrages de collecte et de traitement des eaux usées urbaines ou mettre en danger la santé ou la sécurité des personnes travaillant dans les ouvrages d’assainissement.

L'assainissement collectif

En régime d’assainissement collectif, les habitations sont donc raccordées à un égout, lui-même connecté à un collecteur conduisant les eaux usées dans une station d'épuration collective.

Egout

Le réseau d’assainissement débute au niveau du raccordement de la maison au réseau communal d’égouttage. Les égouts sont conçus en premier lieu pour l’évacuation des eaux usées. En Wallonie, le réseau d’égouts est souvent chargé d’évacuer également les eaux pluviales des toitures et voiries. On parle dans ce cas d’un “réseau d’égouttage unitaire”. Lorsque les eaux usées et les eaux de pluie sont collectées séparément, on parle alors d’un ”réseau d’égouttage séparatif”. Dans ce cas, il est aussi nécessaire qu’à l’intérieur des maisons les eaux soient également séparées et raccordées sur les bons réseaux.

En Wallonie, c’est la commune qui est responsable du réseau d'égouts, tant pour sa construction que pour sa gestion.

Pour réaliser les travaux d’égouttage, la commune peut faire appel à deux modes de financement : soit elle fait construire ses égouts par la SPGE (qui en devient alors propriétaire) soit elle demande une aide régionale. La commune choisit le mécanisme de financement en toute autonomie.

Collecteur d’eaux usées

Un collecteur reprend les eaux usées de plusieurs réseaux d’égouts pour les conduire à la station d’épuration. Dans le cas d’égouts unitaires (c’est-à-dire reprenant à la fois les eaux usées et les eaux de pluie), un dispositif de limitation des débits (déversoir d'orage) est installé de manière à ne conduire à la station d’épuration qu’un débit fixé. Le débit excédentaire (la surverse) est évacué dans un cours d’eau voisin. Le système est calculé de manière à ce que la pollution présente dans cette eau soit fortement diluée et que ce rejet puisse être supporté par le milieu aquatique. Dans certains cas, ces débits excédentaires sont stockés en vue de leur traitement ultérieur dans des bassins dits ”de première pluie” ou sont traités directement dans des systèmes d’épuration spécifiques (traitement des eaux de pluie).

Station de pompage

Dans un réseau d’égouts et dans les collecteurs, les eaux s’écoulent habituellement de façon gravitaire. Lorsque le terrain n’a pas suffisamment de pente naturelle ou si un obstacle doit être franchi, on installe une station de pompage et des conduites sous pression, pour transporter l’eau usée vers la station d’épuration. Un réseau d’assainissement bien conçu ne comporte que le strict minimum d’installations de pompage, de façon à limiter les consommations d’énergie que le relevage des eaux nécessite.

Station d’épuration.

La station d’épuration est la partie la plus visible du système d’assainissement collectif. Les eaux usées y sont traitées, habituellement suivant un processus biologique naturel. Au terme du traitement, l’eau épurée est suffisamment propre pour être rejetée dans un cours d’eau. En aucun cas, en Wallonie, les stations d’épuration d’eaux usées ne produisent de l’eau potable.

En Wallonie, la construction et l’exploitation des ouvrages de collecte, de pompage et d'épuration des eaux usées sont assurées par les organismes d’assainissement agréés (l’AIDE en province de Liège). Elles sont financés par le « coût-vérité assainissement » (CVA) que chacun paie via sa facture d’eau.

Le CVA est collecté par le distributeur d’eau qui paie la Société Publique de Gestion de l'Eau (SPGE) pour financer la construction des infrastrutures d’assainissement collectif et leur exploitation, à l’exception des réseaux d’égouttage qui restent exploités par et aux faris des communes.

L'assainissement autonome

Dans le système d’assainissement autonome, c’est le producteur d’eaux usées qui assure lui-même le traitement de ses propres eaux usées.


Demergement
Niveau de la Meuse à Seraing : 59,90 m
Niveau de l'Ourthe à Angleur : 59,67 m

Actualités

Assemblée générale stratégique 2018

Le 26 novembre 2018, à 17h30, l'AIDE tiendra son Assemblée générale à la station d'épuration de Liège-Oupeye. Elle y évaluera notamment son plan stratégique 2017-2019.

Lire la suite...

Öffentlichen Verwaltungsratssitzungen der SPI und der AIDE

Gemäss Artikel L1532-1 §2 des Kodexes des lokalen Demokratie und Dezentralisierung teilen die SPI und die AIDE Ihnen mit, dass ihre öfflentlichen Verwaltungsratssitzungen an Dienstag, dem 23....

Lire la suite...

Conseils d'administration publics de l'AIDE et de la SPI

En vertu de l’article L1532-1 §2 du Code de la démocratie locale et de la décentralisation, la SPI et l’AIDE vous informent que leurs conseils d’administration ouverts au public se tiendront le...

Lire la suite...

Journées du Patrimoine 2018

Dans le cadre des Journées du Patrimoine “Le patrimoine insolite, les dessous du patrimoine”, l’AIDE vous ouvre les portes de la station de pompage n°6 de Seraing. Cette station de démergement,...

Lire la suite...

Un nouveau conseil d'administration pour l'AIDE

Ce 19 juin 2018, à la station d’épuration de Liège-Oupeye,  l’assemblée générale ordinaire a approuvé le rapport et les comptes annuels 2017 de l’association. Réunis en assemblée générale...

Lire la suite...



Nous joindre par téléphone
Siège social : 04 234 96 96
Urgence, 24h/24 : 04 337 19 24 ou 04 337 45 30
AIDE
Rue de la Digue, 25
B-4420 Saint-Nicolas Belgique



© 2018 par l'AIDE. Tous droits réservés. Un site web conçu et hébergé par srtt.be