Egouttage

La directive européenne 91/271 relative au traitement des eaux résiduaires urbaines requiert des états membres qu'ils équipent leur territoire de systèmes de collecte d'eaux usées pour des échéances fixées notamment selon l'importance de l'agglomération concernée. Aux yeux de l'Europe, la notion de « collecte des eaux usées » recouvre aussi bien les collecteurs d'assainissement que l'égouttage communal.

L'eau étant une compétence régionalisée, c'est à la Wallonie qu'incombe, pour son territoire, l'implémentation de cette directive. Une stratégie permettant une vision globale du problème de la collecte des eaux usées a été mise en place et traduite notamment par les plans d'assainissement par sous-bassin hydrographique (PASH).

Cette stratégie permet une meilleure planification des travaux en considérant comme prioritaire, l'égouttage situé dans toute zone reprise en assainissement collectif aux PASH.

Afin de permettre à la Wallonie de se conformer à ses obligations européennes en matière de collecte des eaux usées dans les meilleurs délais, le 1 9 décembre 2002, le Gouvernement wallon a approuvé un système de financement de l'égouttage prioritaire permettant la réduction de la quote-part des communes dans les projets de pose ou de rénovation d'égouts qu'elles souhaitent réaliser.

Dans ce système, la SPGE confie à l'AIDE, en tant qu'organisme d'assainissement agréé (OAA), la maîtrise d'ouvrage déléguée. L'AIDE devient ainsi le maître d'ouvrage de tous les travaux d'égouttage qui sont réalisés par les villes et communes de la Province de Liège dans le cadre de l'égouttage prioritaire. Les ouvrages réalisés dans ce système sont propriété de la SPGE mais leur gestion et leur entretien restent de compétence communale.

Les communes conservent la possibilité, en toute autonomie, de recourir à l'aide régionale classique, en dehors du système précité. On notera toutefois que toutes les villes et communes concernées de la Province de Liège, affiliées à l'AIDE, ont désormais opté pour le système de financement de l'égouttage par la SPGE

Le système de financement s'est tout d'abord concrétisé au travers du contrat d'agglomération, signé entre chaque commune concernée, l'AIDE, la SPGE et la Région wallonne, qui a prévalu pour la définition et l'exécution des plans triennaux et d'infrastructure (communes germanophones) en matière d'égouttage pour les années 2001 -2003 (partim), 2004-2006 et 2007-2009.

En sa séance du 29 avril 2010, tirant parti de six années d'expérience, le Gouvernement wallon, sur proposition de la SPGE, a décidé de remplacer le contrat d'agglomération par le contrat d'égouttage, évolution naturelle du précédent.

L'arrêté du Gouvernement wallon du 1 7 février 201 1 (M.B. du 23 mars 201 1) modifiant le Livre Il du Code de l'environnement contenant le Code de l'eau reconnaît le contrat d'égouttage et ses principes de financement.

Le contrat d'égouttage est en application depuis les plans triennaux et d'infrastructure 2010-2012, il s'applique donc aux plans d'investissement communaux (PIC) et plans d'infrastructure postérieurs à 2012.

Le mémento Egouttage, tenu à jour par la SPGE, complète et précise les modalités pratiques du contrat d'égouttage. Télécharger le document ici.

Le contrat d'égouttage

Alors que la commune signait un ou plusieurs contrats d'agglomération, le contrat d'égouttage est unique.
Les projets d'égouttage admis dans le système de financement de l'égouttage prioritaire ne font plus l'objet d'avenants au contrat, comme le prévoyaient les contrats d'agglomération. Le fait d'être retenus dans un programme triennal, dans un plan d'investissement communal ou dans un plan d'infrastructure approuvé suffit.

En février 2016, le Conseil d'administration de la SPGE a actualisé les priorités d'égouttage pour l'élaboration des plans d'investissement communaux 2017-2018 afin de tenir compte de l'évolution des objectifs poursuivis par la SPGE et, notamment, de l'extinction des contentieux européens suite à la réalisation des ouvrages manquants.

Ces nouvelles priorités intègrent désormais les objectifs fixés par les plans de gestion des districts hydrographiques wallons dans le processus de mise en oeuvre de la directive 2000/60 (« directive cadre eau »). Pour rappel, les premiers plans de gestion ont été adoptés en juin 2013 par le Gouvernement wallon et les deuxièmes en avril 201 6, simultanément aux premiers plans de gestion des risques d'inondation (PGRI). Elles tiennent également compte des besoins d'augmentation de charge des stations d'épuration existantes.

Les priorités pour la pose de nouveaux égouts sont reprises au tableau ci-après.

Nouveaux égouts  N1 Situés dans une zone prioritaire pour raison environnementale (captage, baignade, Natura 2000, où le taux de collecte est < 98% et la station d'épuration existante. 
N2

Situés dans une des 137 masses d'eau où la non-atteinte du bon état est due complètement ou partiellement à l'assainissement collectif et STEP existante.

N3 Situés dans toute autre zone d'assainissement collectif démontrant une efficience de 1'investissement pour l'amélioration de la situation ou répondant à une priorité locale (points noirs, PCDR, rénovation urbaine, ...).
Egouts existants  R1

Tronçon permettant d'améliorer le taux de charge de la STEP où il se rejette lorsque ce dernier est problématique (étanchéisation, élimination eaux claires, gestion/vérification des raccordements particuliers).

R2 Tronçon permettant d'améliorer l'état de la masse d'eau où la non-atteinte complètement ou partiellement à l'assainissement collectif et STEP existante.
R3 Situés dans toute autre zone d'assainissement collectif démontrant une efficience de 1'investissement pour l'amélioration de la situation ou répondant à une priorité locale (points noirs, PCDR, rénovation urbaine, ...).
FMaj  Cas de force majeure (effondrement, litige, action judiciaire, ...)

La priorité d'égouttage est modulée en fonction des éléments suivants :

  • l'opportunité d'égouttage : en cas de travaux d'égouttage non conjoints avec d'autres travaux en vue d'une coordination avec d'autres impétrants ou le gestionnaire de voirie, la priorité d'égouttage est diminuée d'un niveau ;
  • l'état de l'épuration : lorsque l'épuration (station et collecteur) n'est pas reprise à un programme d'investissements, la priorité d'égouttage est diminuée d'un niveau.

En outre, les modalités d'application de ces priorités sont définies comme suit :

  • la SPGE se concentre prioritairement sur la réalisation de l'égouttage de priorités « I » ou ,
  • un dossier de priorité moindre peut être introduit s'il répond à des impératifs locaux dûment justifiés, telle une décision judiciaire ;
  • hormis cas de force majeure, un dossier de priorité moindre ne peut être accepté que si les objectifs d'une priorité plus élevée sont rencontrés au sein de la commune ;
  • hormis le cas de figure prévu en priorité 2.2, les priorités d'égouttage ne s'appliquent pas lors de la reconstruction ou la réhabilitation d'égouts existants pour autant que la station d'épuration existe et que les travaux prévus se fassent conjointement avec d'autres travaux, qu'ils soient ou non subsidiés.

La priorité à accorder à un égouttage est donc évaluée au sein de la commune ellemême.

Il est donc primordial que les communes travaillent en étroite collaboration avec l'AIDE pour élaborer leur programme, de manière à s'inscrire dans les objectifs précités et ce, dans les meilleurs délais.

Le financement

Le système de financement de l'égouttage prioritaire permet une diminution substantielle de l'intervention communale dans le coût des travaux d'égouttage selon les modalités suivantes :

  • la propriété de l'égouttage prioritaire est transférée de la commune à la SPGE en vue de son exonération de la TVA. Pour la pose de nouvelles canalisations, la SPGE devient le maître d'ouvrage à la place de la commune, mission ensuite déléguée à l'organisme d'assainissement agréé (OAA), l'AIDE en province de Liège ;
  • le coût de l'emprunt est pris en charge par la SPGE ;
  • la participation financière de la commune est a priori de 42 % du coût des travaux sauf deux exceptions :
    • en cas de faible densité de l'habitat lors de la proposition de pose de nouveaux égouts, plutôt qu'un report du dossier dans un programme ultérieur, le contrat d'égouttage propose à la commune une modulation du financement en fonction de fa densité urbaine constatée sur terrain, la participation de la commune n'excédant toutefois jamais 80 %
    • la participation communale en cas de reconstruction d'un égout existant en mauvais état est réduite à 21 % pour autant que la section de la canalisation ne soit pas augmentée
  • la participation financière de la commune se traduit par une prise de participation dans le capital « égouttage » de l'AIDE, qui reprend directement des parts dans le capital de la SPGE pour un montant équivalent. Pour la réhabilitation de l'égouttage existant, la SPGE rachète à la commune les équipements à rénover pour l'euro symbolique. Sa participation est libérée par la commune en 20 ans maximum, avec un minimum de 5 % par an
  • la réalisation des cadastres de réseaux d'égouttage, comprenant l'inspection visuelle des conduites et la caractérisation des ouvrages, est intégralement financée par la SPGE Toutefois, l'éventuel curage des canalisations, considéré comme une opération d'entretien courant, est à ce titre à charge de la commune.

Contrairement à la situation qui prévalait antérieurement, les raccordements particuliers dans le domaine public sont aujourd'hui financés par la SPGE au même titre que les égouts.
On distingue deux types de dossiers d'égouttage pouvant être pris en charge par la SPGE :

  • dossiers d'égouttage exclusif avec remise en pristin état de la voirie ;
  • dossiers d'égouttage conjoint à des travaux de voirie à charge de la Commune (travaux subsidiés), à des travaux de concessionnaires, à des travaux du SPW, …

Pristin état ?

La notion de remise en pristin état de la voirie doit être comprise comme étant tous les travaux consécutifs à la pose de l'égout et nécessaires pour retrouver la situation existante avant les travaux.
Par exemple :

  • la remise en place de bordures ou filets d'eau dont la stabilité a été réduite lors du terrassement ;
  • la reconstitution du coffre tel qu'il existait auparavant sur la largeur de la tranchée d’égout (matériaux et épaisseurs) ;
  • un enduit superficiel sur l'ensemble d'une bande de roulement ou de la chaussée en cas de faible largeur afin d'éviter l'effet "patchwork" et améliorer la tenue dans le temps.

Travaux conjoints

La participation financière de la SPGE dans les travaux de voirie au-dessus de la tranchée d'égouttage, dans le seul cadre de travaux conjoints avec des travaux de voirie à charge communale, a été fixée à 30 euros TVAC/m2 de tranchée d'égout.

L'exploitation des ouvrages

L'entretien courant des ouvrages incombe à la commune. Il consiste en la réalisation des opérations de nettoyage et de curage des réseaux.
La gestion et l’entretien des raccordements particuliers relèvent du particulier ou de la commune selon les modalités définies par cette dernière (cf. Règlement communal relatif aux modalités de raccordement à l’égout (UVCW-AQUAWAL)).
Le remplacement des trapillons est considéré également comme une opération d’entretien courant.
Le fait de regrouper certains travaux au sein d'un même marché n'implique pas une prise en charge par la SPGE.

Entretien extraordinaire

Les grosses réparations, telles que des remises en état suite à des effondrements localisés de canalisations, sont à charge du propriétaire de l'égout (soit commune, soit SPGE).
Lors d'un tel incident, une investigation de l'OAA est faite sur les canalisations adjacentes afin de déterminer l'étendue des problèmes de stabilité des ouvrages.
Si des travaux de plus grande importance doivent être entrepris, ils peuvent être pris en charge par la SPGE moyennant leur inscription dans le programme triennal de la commune.
Sont également considérées comme travaux d’entretien extraordinaire, à charge du propriétaire de la canalisation, la réalisation ou la réfection ponctuelle d’une chambre de visite.

Ouvrages de pompage

En cas d’investissements réalisés dans le cadre du contrat d’égouttage et relatifs aux équipements et canalisations destinés au pompage des eaux usées, la SPGE reprend ces équipements en pleine propriété à la fin des travaux et en supporte les frais de fonctionnement, ainsi que tous les frais de réhabilitation ou de réparation ultérieures.


Demergement
Niveau de la Meuse à Seraing : 59,94 m
Niveau de l'Ourthe à Angleur : 59,74 m

Actualités

Assemblée générale stratégique 2018

Le 26 novembre 2018, à 17h30, l'AIDE tiendra son Assemblée générale à la station d'épuration de Liège-Oupeye. Elle y évaluera notamment son plan stratégique 2017-2019.

Lire la suite...

Öffentlichen Verwaltungsratssitzungen der SPI und der AIDE

Gemäss Artikel L1532-1 §2 des Kodexes des lokalen Demokratie und Dezentralisierung teilen die SPI und die AIDE Ihnen mit, dass ihre öfflentlichen Verwaltungsratssitzungen an Dienstag, dem 23....

Lire la suite...

Conseils d'administration publics de l'AIDE et de la SPI

En vertu de l’article L1532-1 §2 du Code de la démocratie locale et de la décentralisation, la SPI et l’AIDE vous informent que leurs conseils d’administration ouverts au public se tiendront le...

Lire la suite...

Journées du Patrimoine 2018

Dans le cadre des Journées du Patrimoine “Le patrimoine insolite, les dessous du patrimoine”, l’AIDE vous ouvre les portes de la station de pompage n°6 de Seraing. Cette station de démergement,...

Lire la suite...

Un nouveau conseil d'administration pour l'AIDE

Ce 19 juin 2018, à la station d’épuration de Liège-Oupeye,  l’assemblée générale ordinaire a approuvé le rapport et les comptes annuels 2017 de l’association. Réunis en assemblée générale...

Lire la suite...



Nous joindre par téléphone
Siège social : 04 234 96 96
Urgence, 24h/24 : 04 337 19 24 ou 04 337 45 30
AIDE
Rue de la Digue, 25
B-4420 Saint-Nicolas Belgique



© 2018 par l'AIDE. Tous droits réservés. Un site web conçu et hébergé par srtt.be